Research project commissioned by Bpifrance Deeptechs directorate and Bpifrance Le Lab

Academic innovation platforms for Deep Techs

Execution between Sept. 2019 and Dec. 2020

Context »  Field research »  Cases »  Research team »  Events »  Downloads »  Publications »  Valorization »  Related projects »

To connect to this page, we have set up a direct url: http://deeptechs.newpic.fr

   unique views of this page (for      displays).

Context

logo

newPIC

newPIC



 

Universities play a special role in innovation ecosystems. Their impact is initially addressed throught the lenses of two main missions: education and research. Universities are actors of the creation of knowledge, and of their transmission.

Over the last decades, the analysis of the universities' contribution to innovation ecosystems has expanded into considerations about their contribution to socio-economic and cultural development. Sans entrer en contradiction avec le modèle Humboldtien et ses dérivés, la perspective d’analyse des universités prend en compte l’impact de ses missions sur la transformation des territoires. Les liens sont faits à deux niveaux : d’abord, entre la dynamique du marché du travail dans son écosystème et les missions de formation portées par le monde de l’enseignement supérieur en général et, ensuite, entre la dynamique de l’innovation et les activi-tés de recherche développées dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche pris dans sa globalité. La dimension territoriale prime dans l’analyse qui fait alors une référence importante à la notion d’écosystème, même si plusieurs niveaux de périmètres sont pris en compte (local ou régional, national et européen). Dans cet environnement, plusieurs types d’ac-teurs sont pris en compte mais l’analyse va surtout porter sur les interactions entre le monde de l’enseignement supérieur de la recherche, les acteurs publics (Etat, collectivités locales et terri-toriales), et les acteurs socio-économiques et culturels. Ces derniers sont souvent résumés sous le terme impropre d’ « industrie », alors qu’en réalité ce sont les entreprises qui sont visées dans toute leur généralité. Cette perspective d’interaction est souvent désignée sous le terme de « Triple Hélice » (Etzkowitz et Zhou, 2018 ; Thune, 2010).

L’approche vise à considérer qu’un écosystème d’innovation ne fonctionne bien que lorsque ces trois sphères institutionnelles, acteurs étatiques, acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, et entreprises, développent des relations étroites et des stratégies collectives pour favoriser l’innovation. Pour que l’écosystème d’innovation se développe, il est nécessaire que ces trois familles d’acteurs se mettent en capacité de développer une variété de modèles colla-boratifs pour sortir de la référence au modèle linéaire de l’innovation qui imaginait un fonction-nement en séquence de la recherche fondamentale (« basic science ») à la recherche « appliquée » puis au « développement ». Ces nouvelles approches de l’innovation ont représen-té un bouleversement radical, qui se matérialise dans les politiques publiques par la définition d’une « Troisième » mission qui vient compléter la formation (diffusion des connaissances par la construction de compétences « tout au long de la vie ») et la recherche (production de nouvelles connaissances). Ce document ne cherche pas à entrer dans la discussion des modèles d’universités, de campus, ou de science parks (à l’américaine ou à la chinoise). La perspective proposée dans ces pages s’inscrit dans la logique de la Triple Hélice.

L’Etat a lancé le « Plan Deeptech » en 2019, avec l’objectif que la France devienne une terre d’innovation de rupture. Il en a confié la réalisation à Bpifrance. Au-delà du déploiement de moyens financiers important mobilisés pour soutenir les entreprises « deep techs », Bpifrance s’est organisé pour développer ses relations avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème d’innovation « deep techs » et s’assurer d’une bonne articulation des stratégies d’action respectives. Dans ce cadre, des actions de coopération se sont mises en place avec le monde académique, comme par exemple le Deeptech Tour sur les campus.

Ce travail de recherche s’inscrit dans cette dynamique. Il mobilise les connaissances développées au sein de Bpifrance le Lab sur les écosystèmes d’innovation et les réflexions menées en ce moment dans les universités sur leur engagement dans la troisième mission.

Ce travail pose l’hypothèse que l’action des acteurs académiques concernant leur « troisième » mission s’inscrit dans une stratégie d’écosystème : cette mission ne peut se réaliser qu’à travers des stratégies collectives au sein des écosystèmes territoriaux, sur la base de complémentarités.

L'objectif est triple :

Tout d’abord, il vise à montrer la variété des initiatives installées par les universités pour accroître leurs impacts socio-économiques et culturels. Il met en avant de bonnes pratiques et des initiatives originales, adossées à une dynamique d’écosystème local. L’objectif n’est pas de lister l’ensemble des actions menées par les universités au titre de leur « troisième » mission mais, plutôt, de montrer comment la variété de ces initiatives s’articule pour répondre à des enjeux-clés comme l’entrepreneuriat ou la dynamique de l’innovation dans les entreprises, à travers les collaborations avec l’université. Ces bonnes pratiques visent surtout à illustrer comment l’université s’adapte. Elles montrent les différentes dynamiques qui s’appliquent aux projets selon leur intensité technologique ou leur composante « deeptech », et soulignent les différences entre formes d’innovation, technologiques ou non.

Ensuite, ce travail identifie et commente les verrous au développement de la « troisième » mission des universités. Il identifiea aussi les facteurs critiques limitatifs pour le développement des activités associées à la « troisième » mission.

Enfin, cette recherche permet de construire un raisonnement sur les capacités organisationnelles nécessaires aux universités pour déployer des stratégies qui visent à renforcer leur « troisième » mission. L’analyse aborde ce sujet en tant que stratégie d’établissement visant des objectifs et des rôles précis en matière de contribution socio-économique, et de la mise en oeuvre de cette stratégie à travers une variété de dispositifs et de ressources (humaines, techno-logiques et physiques).

Pour la direction Deeptech de Bpifrance, c’est la force de ces stratégies d’écosystème qui permettra la réussite du Plan Deeptech au niveau de chaque acteur académique, sur son territoire, en articulant les stratégies locales dans une stratégie d’écosystème national.

 

French version, version française

Les universités occupent une place particulière dans les écosystèmes d’innovation. Leur rôle est initialement abordé à travers leurs deux missions principales : la formation et la recherche. Les universités sont des acteurs de la production de nouvelles connaissances et de leur transmission.

Depuis environ trois décennies, l’analyse de la contribution des universités aux écosystèmes d’innovation s’est élargie pour considérer plus largement leur contribution au développement socio-économique et culturel. Sans entrer en contradiction avec le modèle Humboldtien et ses dérivés, la perspective d’analyse des universités prend en compte l’impact de ses missions sur la transformation des territoires. Les liens sont faits à deux niveaux : d’abord, entre la dynamique du marché du travail dans son écosystème et les missions de formation portées par le monde de l’enseignement supérieur en général et, ensuite, entre la dynamique de l’innovation et les activi-tés de recherche développées dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche pris dans sa globalité. La dimension territoriale prime dans l’analyse qui fait alors une référence importante à la notion d’écosystème, même si plusieurs niveaux de périmètres sont pris en compte (local ou régional, national et européen). Dans cet environnement, plusieurs types d’ac-teurs sont pris en compte mais l’analyse va surtout porter sur les interactions entre le monde de l’enseignement supérieur de la recherche, les acteurs publics (Etat, collectivités locales et terri-toriales), et les acteurs socio-économiques et culturels. Ces derniers sont souvent résumés sous le terme impropre d’ « industrie », alors qu’en réalité ce sont les entreprises qui sont visées dans toute leur généralité. Cette perspective d’interaction est souvent désignée sous le terme de « Triple Hélice » (Etzkowitz et Zhou, 2018 ; Thune, 2010).

L’approche vise à considérer qu’un écosystème d’innovation ne fonctionne bien que lorsque ces trois sphères institutionnelles, acteurs étatiques, acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, et entreprises, développent des relations étroites et des stratégies collectives pour favoriser l’innovation. Pour que l’écosystème d’innovation se développe, il est nécessaire que ces trois familles d’acteurs se mettent en capacité de développer une variété de modèles colla-boratifs pour sortir de la référence au modèle linéaire de l’innovation qui imaginait un fonction-nement en séquence de la recherche fondamentale (« basic science ») à la recherche « appliquée » puis au « développement ». Ces nouvelles approches de l’innovation ont représen-té un bouleversement radical, qui se matérialise dans les politiques publiques par la définition d’une « Troisième » mission qui vient compléter la formation (diffusion des connaissances par la construction de compétences « tout au long de la vie ») et la recherche (production de nouvelles connaissances). Ce document ne cherche pas à entrer dans la discussion des modèles d’universités, de campus, ou de science parks (à l’américaine ou à la chinoise). La perspective proposée dans ces pages s’inscrit dans la logique de la Triple Hélice.

L’Etat a lancé le « Plan Deeptech » en 2019, avec l’objectif que la France devienne une terre d’innovation de rupture. Il en a confié la réalisation à Bpifrance. Au-delà du déploiement de moyens financiers important mobilisés pour soutenir les entreprises « deep techs », Bpifrance s’est organisé pour développer ses relations avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème d’innovation « deep techs » et s’assurer d’une bonne articulation des stratégies d’action respectives. Dans ce cadre, des actions de coopération se sont mises en place avec le monde académique, comme par exemple le Deeptech Tour sur les campus.

Ce travail de recherche s’inscrit dans cette dynamique. Il mobilise les connaissances développées au sein de Bpifrance le Lab sur les écosystèmes d’innovation et les réflexions menées en ce moment dans les universités sur leur engagement dans la troisième mission.

Ce travail pose l’hypothèse que l’action des acteurs académiques concernant leur « troisième » mission s’inscrit dans une stratégie d’écosystème : cette mission ne peut se réaliser qu’à travers des stratégies collectives au sein des écosystèmes territoriaux, sur la base de complémentarités.

L'objectif est triple :

Tout d’abord, il vise à montrer la variété des initiatives installées par les universités pour accroître leurs impacts socio-économiques et culturels. Il met en avant de bonnes pratiques et des initiatives originales, adossées à une dynamique d’écosystème local. L’objectif n’est pas de lister l’ensemble des actions menées par les universités au titre de leur « troisième » mission mais, plutôt, de montrer comment la variété de ces initiatives s’articule pour répondre à des enjeux-clés comme l’entrepreneuriat ou la dynamique de l’innovation dans les entreprises, à travers les collaborations avec l’université. Ces bonnes pratiques visent surtout à illustrer comment l’université s’adapte. Elles montrent les différentes dynamiques qui s’appliquent aux projets selon leur intensité technologique ou leur composante « deeptech », et soulignent les différences entre formes d’innovation, technologiques ou non.

Ensuite, ce travail identifie et commente les verrous au développement de la « troisième » mission des universités. Il identifiea aussi les facteurs critiques limitatifs pour le développement des activités associées à la « troisième » mission.

Enfin, cette recherche permet de construire un raisonnement sur les capacités organisationnelles nécessaires aux universités pour déployer des stratégies qui visent à renforcer leur « troisième » mission. L’analyse aborde ce sujet en tant que stratégie d’établissement visant des objectifs et des rôles précis en matière de contribution socio-économique, et de la mise en oeuvre de cette stratégie à travers une variété de dispositifs et de ressources (humaines, techno-logiques et physiques).

Pour la direction Deeptech de Bpifrance, c’est la force de ces stratégies d’écosystème qui permettra la réussite du Plan Deeptech au niveau de chaque acteur académique, sur son territoire, en articulant les stratégies locales dans une stratégie d’écosystème national.

 


Field research



logo

Field research protocol

For this research project, we have installed a field research protocol based on semi-structured interviews and on focus groups, with a systematic triangulation of perspectives associated with the different categories of stakeholders. We analyzed their respective roles and contributions, decision-making processes, and tangible and intangible resources. We investigated the ecosystems of each university present in this project. We had a focus on the interactions between the different stakeholders present in the activities related to (open) innovation processes and to the emergence, incubation, maturation, and acceleration of entrepreneurial projects. We developped a systematic analysis of the 3 universities, selected here for the variety of their roles and activities in each ecosystem.
 



newPIC



newPIC

newPIC

newPIC



newPIC
newPIC


newPIC

Universities present in field research

  • Bordeaux university
  • Grenoble Alpes University
  • CY Cergy Paris University

56 interviews

  • 15 interviews in CY Cergy Paris University
  • 19 interviews in Bordeaux University
  • 22 interviews in Grenoble Alpes University

5 focus groups

  • Focus group with CY Cergy University on June 2nd, 2020
  • Focus group with Bordeaux University on May 25th, 2020
  • Focus goups with Grenoble Alpes University
    on May 4th and June 2nd, 2020
  • National focus goups with the 3 universities and Bpifrance on June th, 2020



newPIC


Research team
 

      

    

 
 

  • Valérie MERINDOL
      vm (at) newpic.fr
      +33-0-617 09 06 43
        
     
     

 
 

  • David W. VERSAILLES
      dwv (at) newpic.fr
      +33-0-609 52 54 56
        
     
     
  • Claire SAGALOW
      cs (at) newpic.fr
        
     
     

 
 

  • Ekaterina BESSON
      eb (at) newpic.fr
        
     
     
     
  • Theophile MIREPOIX
      tm (at) newpic.fr
        
 
  • Project managers: Valerie MERINDOL and David W. VERSAILLES
  • Principal investigators: Valerie MERINDOL and David W. VERSAILLES
  • M2 students from PSB Master in Business consulting contributed to the execution of this research project,
    and developed their Master thesis in relation with data collected during the project.

Presentation event

 

 

Forthcoming

 

Information:

   presse (at) newpic.fr


Deliverables and downloads

 

 

 

 

 

 

  • LIVRE BLANC - WHITE BOOK
    Renforcer la troisième mission de l'université pour l'innovation technologique et les "deep techs"
    [Strengthening the university's third mission for technological and deeptech-related innovation]
    DOI: 10.6084/m9.figshare.13523861

 

 

    • Full report,
      High definition for 300 dpi printing, 70 Mo


unique views (page)


displays (whole page).

 

    • Full report,
      Low definition for on-screen display (150 dpi), 17 Mo


unique views (page)


displays (whole page).

 

    • Executive summary, introduction and tables,
      Low definition for on-screen display (150 dpi), 5 Mo


unique views (page)


displays (whole page).

 

    • Executive summary,
      Low definition for on-screen display (150 dpi), 2 Mo


unique views (page)


displays (whole page).

 

  • Notice d'utilisation pour l'outil de diagnostic et d'accompagnement, 118 pages
    Guidelines for diagnosis and support to strategy making], 118 pages
    Document NOT available for public release

 

  • Outil de diagnostic et d'accompagnement (table, MS Excel format)
    Table lisitng indicateors for diagnosis and strategy making]
    Document NOT available for public release


Academic publications and contributions to conferences

Submissions to conferences will start with the academic year 2018-2019.
Presentations will be posted here once validated/ accepted by the conferences...
 

  • Forthcoming

  • Forthcoming


Other publications

We mention here all other publications in relation with this research project
 

  • Forthcoming

  • Forthcoming


Related projects

 

 

 

 

White book on Open Labs

March 2016

Innov platforms in Paris region

Feb. 2017

Innov platforms in French regional hubs

March 2018

Innov platforms France Asia comparison

June 2019

Innov platforms France Asia comparison

Sep. 2019

Projects respectively commissionned by...


INNOVATION FACTORY

BPIFRANCE

 

 

Innovation intermediaries in the healthcare sector

direct url : http://genopole.newpic.fr

 

INNOVATION FACTORY

BPIFRANCE

BPIFRANCE LE LAB

 

Innovation platforms: France Asia comparison

direct url : http://innovasia.newpic.fr

 

INNOVATION FACTORY

BPIFRANCE

BPIFRANCE LE LAB

 

Innovation platforms in France

direct url : http://innovfra.newpic.fr

 

INNOVATION FACTORY

BPIFRANCE

BPIFRANCE LE HUB

PARIS and CO

Innovation platforms in Paris and its region

direct url : http://innovidf.newpic.fr

 



ANRT

FutuRIS

newPIC chair

the White Book on Open Labs

direct url : http://openlabs.newpic.fr